Pourparlers bilatéraux en amont du sommet Japon-Chine-Corée du Sud

Le premier ministre japonais Kishida Fumio a eu dimanche des rencontres séparées avec les dirigeants chinois et sud-coréen à Séoul.

Les tête-à-tête ont eu lieu un jour avant le premier sommet trilatéral de ces voisins asiatiques, depuis plus de quatre ans.

Kishida Fumio a d’abord rencontré le président sud-coréen Yoon Suk-yeol. Ils sont convenus de parfaire les relations entre les deux pays avant de célébrer 60 ans de relations diplomatiques en 2025.

M. Yoon a déclaré : « J'espère travailler avec le premier ministre Kishida pour faire de l'année prochaine un tournant historique dans le développement des relations bilatérales. »

Kishida Fumio a ajouté : « La communauté internationale se trouve à un tournant historique. Le Japon souhaite renforcer davantage ses liens avec la Corée du Sud pour maintenir et renforcer un Indopacifique libre et ouvert, et surmonter efficacement les enjeux globaux. »

Les dirigeants ont également discuté de la Corée du Nord qui a intensifié son développement nucléaire et balistique.

Le premier ministre japonais a précisé plus tard qu'ils avaient convenu de travailler en étroite collaboration avec les États-Unis sur cette question.

Il a également eu un entretien individuel avec le premier ministre chinois Li Qiang.

Kishida Fumio a dit être convaincu que la stabilisation des relations entre le Japon et la Chine sera bénéfique pour les deux pays, ainsi que pour la région et la communauté internationale.

Li Qiang a pour sa part émis le souhait de trouver des moyens de gérer les divergences d'opinions et de collaborer pour l’élaboration de relations constructives et stables répondant aux exigences de la nouvelle ère.

Les deux hommes ont réaffirmé qu'ils promouvraient leur « relation mutuellement bénéfique basée sur des intérêts stratégiques communs ». C'est ce que Kishida Fumio avait convenu avec le président Xi Jinping en novembre dernier.

Le premier ministre nippon a également exhorté la Chine à lever immédiatement l’interdiction sur les importations de produits de la mer japonais.

Kishida Fumio a en outre indiqué qu'il avait appelé la Chine à résoudre pacifiquement les problèmes avec Taïwan par le dialogue.

Jeudi dernier, la Chine a lancé un exercice militaire majeur autour de Taïwan, quelques jours seulement après l’entrée en fonction du président taïwanais Lai Ching-te.