Le président taïwanais répond aux exercices militaires chinois en prônant des échanges

Le président taïwanais Lai Ching-te a invité la Chine à « partager la lourde responsabilité de la stabilité régionale avec Taïwan », en réponse aux exercices militaires menés par Pékin à proximité du territoire.

Dimanche, devant les journalistes, M. Lai a salué les inquiétudes exprimées au sein de la communauté internationale, notamment par les États-Unis, à propos des manœuvres chinoises.

Il a déclaré : « La communauté internationale n'acceptera pas qu'un pays crée des vagues dans le détroit de Taïwan et affecte la stabilité régionale. »

Lai Ching-te a réitéré sa volonté de promouvoir la paix et la prospérité à travers les échanges et la coopération avec la Chine.

Dans son discours d'investiture, le lundi 20 mai, M. Lai a mis l'accent sur le maintien du statu quo, appelant à poursuivre la paix et la prospérité avec la Chine et rejetant, de facto, les revendications de souveraineté de Pékin.

En signe de protestation, la Chine a mené jeudi des exercices près de Taïwan. La chaîne militaire de la Télévision centrale de Chine a déclaré que ces opérations, couronnées de succès, avaient pris fin vendredi.

Le ministère taïwanais de la Défense a déclaré samedi avoir rétabli à la normale tous les niveaux d’alerte déclenchés par le centre d’urgence, signe que les exercices chinois ont bien duré deux jours, comme prévu.

Le porte-parole du département d'État américain, Matthew Miller, a déclaré le même jour que les États-Unis étaient profondément préoccupés par ces manœuvres militaires menées par la Chine autour de Taïwan. Il a donc exhorté Pékin à faire preuve de retenue.

Le gouvernement nippon assure avoir fait part de ses inquiétudes à la Chine, par la voie diplomatique.