L'OTAN préconise le recours aux armes occidentales pour frapper des cibles en Russie

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a appelé les membres de l'alliance à assouplir l'interdiction relative aux armes fournies à l'Ukraine pour frapper des cibles militaires en Russie.

M. Stoltenberg a fait cette remarque vendredi, dans un entretien accordé au magazine britannique The Economist. Dans le même temps, la Russie durcit l’offensive dans la région ukrainienne orientale de Kharkiv.

Les appels se multiplient en faveur de la levée des restrictions qui limitent l'utilisation par l'Ukraine d'armes fournies par l'Occident, à l'intérieur de son territoire.

L’administration du président américain Joe Biden fait toutefois preuve de prudence à ce sujet, les États-Unis étant le plus grand fournisseur d’armes de l’Ukraine.

Selon M. Stoltenberg, refuser à l'Ukraine la possibilité d'utiliser des armes fournies par l'Occident contre « des cibles militaires légitimes sur le territoire russe rend très difficile » la défense du pays.

Le chef de l'OTAN a également estimé que l'Ukraine avait le droit de se défendre, en frappant notamment des cibles sur le territoire russe.

Sans désigner Washington, il a clairement indiqué que les États-Unis et les autres membres de l’OTAN devraient donc assouplir leurs restrictions.