Les victimes des bars à hôtes réclament des actions contre les pratiques malveillantes

Au Japon, des femmes qui ont connu des problèmes financiers après leur fréquentation de bars à hôtes appellent le gouvernement à prendre des mesures contre les pratiques malveillantes.

Elles ont rencontré mercredi le ministre de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, Takemi Keizo.

De plus en plus de clientes sont contraintes de se prostituer ou de commettre d'autres délits pour rembourser leurs dettes après avoir accumulé une ardoise importante.

Une femme a témoigné lors de la réunion. Elle avait commencé par rencontrer un hôte, c'est-à-dire un compagnon de boisson dans un bar, via une application de mise en relation. Elle a ensuite été amenée à s'endetter et à se prostituer.

La femme avait une dette d'environ 25 millions de yens, soit 160 000 dollars. Elle vivait dans la peur de la violence et a été contrainte de se prostituer à l'étranger. Elle souhaite que le gouvernement fasse de la prévention et renforce les réseaux d'aide.

Une jeune femme, qui était étudiante à l'université, a payé une note d'environ 12 millions de yens, soit 77 000 dollars, en six mois. Sa mère a déclaré que les hôtes sont doués pour laver le cerveau des femmes et que cela lui a brisé le cœur que sa fille ait souffert seule.

Le ministre a indiqué que le ministère intensifierait la formation du personnel des centres qui proposent des consultations aux victimes. D'autres actions sont prévues, comme avertir le public des dernières stratégies des bars à hôtes par le biais du site web du ministère.