Le Japon renouvelle son engagement à rapatrier les personnes enlevées, 20 ans après le dernier sommet avec la Corée du Nord.

Mercredi marque le 20e anniversaire du deuxième sommet Japon-Corée du Nord, qui a conduit au retour de cinq membres des familles de ressortissants japonais enlevés par des agents nord-coréens. Le secrétaire général du Cabinet japonais a renouvelé son engagement à rapatrier le reste des personnes enlevées.

En 2002, Koizumi Junichiro, alors premier ministre japonais, s'est rendu à Pyongyang pour un sommet avec le dirigeant nord-coréen de l'époque, Kim Jong-il. Cela a conduit au retour de cinq personnes enlevées.

M. Koizumi s'est de nouveau rendu à Pyongyang en 2004. Ce deuxième sommet a abouti au déplacement de cinq membres des familles des personnes enlevées vers le Japon depuis la Corée du Nord. Mais les négociations sont depuis au point mort.

Le gouvernement japonais affirme qu'au moins 17 de ses citoyens ont été enlevés par des agents nord-coréens dans les années 1970 et 1980. Douze d’entre eux restent toujours portés disparus.

Le secrétaire général du Cabinet japonais, Hayashi Yoshimasa, a déclaré mercredi qu'il était extrêmement regrettable qu'aucune personne enlevée ne soit revenue au cours des 20 dernières années.

Il a promis que le gouvernement ferait tout son possible pour rapatrier toutes les personnes enlevées le plus rapidement possible.