Le système de jurés au Japon est confronté au déclin de l'intérêt du public

Le système de jurés a été instauré au Japon il y a 15 ans, mais la justice est confrontée à un problème croissant : les candidats sont de moins en moins nombreux à participer au processus de nomination.

Entre l'instauration de ce système, le 21 mai 2009, et la fin du mois de février 2024, plus de 124 000 personnes ont participé à des procès pénaux en tant que jurés ou auxiliaires de justice.

Les candidats sont choisis aléatoirement chaque année dans la population. Ils doivent être âgés d'au moins 20 ans et avoir le droit de vote.

Ils sont sélectionnés par le biais d'une procédure de nomination et d'une loterie.

Les statistiques de la Cour suprême montrent que plus de 80 % des candidats ont participé au processus de sélection en 2009, mais ce taux n'a cessé de baisser, pour arriver à 68,6 % en 2023.

Cela signifie qu’environ un candidat sur trois s’est absenté du processus sans préavis (les personnes autorisées à s'absenter pour diverses raisons n'ont pas été prises en compte).

La Cour suprême attribue ce taux de comparution plus faible à la longueur des procédures judiciaires et à la perte d'intérêt pour le sujet dans l'opinion publique.