Le Japon compte sur la diplomatie pour préserver la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan

Le gouvernement japonais compte poursuivre ses efforts diplomatiques pour préserver la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan après l'investiture du nouveau président Lai Ching-te.

Dans son discours d'investiture lundi, M. Lai a réfuté les dires de Pékin, qui considère que Taïwan fait partie de la Chine. Il a affirmé : « La République de Chine et la République populaire de Chine ne sont pas subordonnées l'une à l'autre. »

Un responsable du gouvernement chinois a critiqué les propos de M. Lai, en disant que le nouveau président envoyait un signal dangereux, sans considération pour l'opinion publique, qu'il allait à contre-courant de son époque et qu'il menaçait la paix et la stabilité du détroit de Taïwan. Pour lui, ce discours révélait la nature de M. Lai, qui est au service de l'indépendance de Taïwan.

Le ministère japonais des Affaires étrangères craint une escalade des tensions si M. Lai intensifie sa rhétorique. Le nouveau président n'a pas reconnu le principe de « Chine unique » adopté par Pékin.

Le secrétaire en chef du Cabinet, Hayashi Yoshimasa, a déclaré qu'il était important pour la communauté internationale, y compris le Japon, de préserver la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan. Il a réitéré la position inchangée du Japon, qui souhaite que les problèmes liés à Taïwan soient résolus pacifiquement par le dialogue.