Les dirigeants du monde dénoncent une "montée de douleur" à Gaza

Les dirigeants du monde entier continuent de s'alarmer du fait que les forces armées israéliennes se sont renforcées à Rafah. Ils ont fait part de leur "vive inquiétude" quant aux conséquences humanitaires catastrophiques. Mais le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou s'est engagé à poursuivre la campagne et à avancer "vers la victoire".

M. Nétanyahou a effectué une visite aérienne de la bande de Gaza jeudi et a reçu un compte rendu de la part des commandants. Il a déclaré à ses troupes sur la base de Bnei Netzarim, en Israël, que la victoire était nécessaire pour éliminer les "réseaux" utilisés par les combattants du Hamas.

Il a ajouté : "Cette bataille, dont vous faites partie intégrante, est une bataille qui décidera de beaucoup de choses dans cette campagne."

Les forces de défense israéliennes ont intensifié leurs opérations. Elles ont déclaré jeudi que les troupes avaient détruit "l'infrastructure de lancement de roquettes" qui avait été utilisée pour attaquer Israël.

Vendredi, elles ont déclaré avoir retrouvé les corps de trois otages qui avaient été tués alors qu'ils tentaient de s'échapper d'un festival de musique lors des attaques du Hamas du 7 octobre, puis emmenés à Gaza.

Les membres de la Ligue arabe ont tenu un sommet jeudi et ont condamné les dirigeants israéliens pour avoir entravé les efforts de cessez-le-feu et intensifié leur agression.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'est adressé au sommet et a déclaré que rien ne pouvait justifier ce qu'il a appelé le "châtiment collectif" du peuple palestinien.