L'état d'urgence décrété en Nouvelle-Calédonie

Le gouvernement français a déclaré mercredi l'état d'urgence sur son territoire du Pacifique, la Nouvelle-Calédonie, alors que des émeutes à grande échelle s'y poursuivent.

Les troubles ont éclaté lundi soir dans la principale ville de Nouméa et ses environs.

Cette décision aurait été déclenchée par un débat au sein du Parlement français visant à accorder le droit de vote aux élections locales à davantage d'habitants de Nouvelle-Calédonie. Cela a suscité des protestations de la part des insulaires en quête d'indépendance de la France.

Le gouvernement français affirme que les violences ont fait quatre morts.

L'agence de presse Reuters rapporte que des centaines de personnes ont été blessées et qu'au moins 80 personnes ont été arrêtées. L'aéroport international est fermé depuis lundi.

Le bureau consulaire japonais indique que les vols directs entre le Japon et la Nouvelle-Calédonie sont toujours annulés mercredi.

Selon le gouvernement français, c'est la première fois que l'état d'urgence est déclaré sur le territoire depuis que le mouvement indépendantiste a pris de l'ampleur en 1985. Il prévoit d'envoyer du personnel de sécurité supplémentaire pour aider à maîtriser les troubles.