Un tribunal japonais rejette la demande de maintenir hors ligne le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Shimane

Un tribunal de l'ouest du Japon a refusé d'émettre une injonction pour bloquer le redémarrage d'un réacteur de la centrale nucléaire de Shimane.

La branche de Matsue de la Haute Cour de Hiroshima a rendu sa décision mercredi. Quatre habitants du département de Shimane et de celui voisin de Tottori avaient intenté une action en justice pour empêcher la remise en service du réacteur n°2 de la centrale.

Le réacteur est désactivé depuis 2012, date à laquelle il a été mis hors service pour des inspections régulières. Les régulateurs nucléaires ont donné leur feu vert pour réactiver le réacteur en 2021. La Compagnie d’électricité du Chugoku prévoit de le redémarrer en décembre.

Les plaignants ont fait valoir que la compagnie d’électricité avait sous-estimé l’intensité maximale d'une secousse résultant d'un éventuel tremblement de terre à proximité de la centrale, ainsi que le volume de cendres libérées par une éventuelle éruption volcanique dans le département.

Le tribunal a jugé que le service public avait fait une estimation prudente du séisme, évaluation confirmée par les régulateurs nucléaires. Il a précisé que les hypothèses ne semblent pas comporter de défauts ou d’erreurs et ne sont donc pas déraisonnables.

Le président du tribunal a également ajouté que les études géologiques réfutent l'ampleur du risque d'accumulation de cendres volcaniques avancé par les habitants.