Le gouvernement va réviser l'alphabet « romaji » pour les mots japonais

Le gouvernement japonais envisage de modifier sa promulgation vieille de 70 ans sur l'utilisation du « romaji », ou alphabétisation latine pour exprimer les mots japonais, à une époque où le pays accueille davantage de résidents et de visiteurs étrangers.

Il existe deux systèmes romaji : le Kunrei et le Hepburn. Le Cabinet a désigné Kunrei comme norme en 1954 dans le cadre de la promulgation.

Par exemple, alors que la méthode Kunrei utilise la syllabe «ti », Hepburn l'exprime par « chi », ce qui est plus proche de l'orthographe anglaise.

Le ministre de l'Éducation, Moriyama Masahito, a demandé mardi à un panel de l'Agence des affaires culturelles d'envisager une meilleure utilisation des styles romaji en fonction de l'évolution des temps.

Sa demande tient compte du fait que l'annonce initiale du Cabinet a été publiée à une époque où le romaji était simplement destiné à transcrire la langue japonaise. Mais aujourd’hui, il est également utilisé comme outil pour les non-japonais et pour communiquer des informations à l’international.