Le chef du nouveau parti d'opposition en Corée du Sud se rend sur les îles contestées de Takeshima

Le chef du deuxième plus grand parti d'opposition de Corée du Sud a atterri sur les îles Takeshima, dans la mer du Japon.

La Corée du Sud contrôle les îles. Le Japon les revendique. Le gouvernement nippon maintient qu'elles font partie intégrante du territoire japonais. Il affirme que la Corée du Sud les occupe illégalement.

Le nouveau parti Reconstruire la Corée a remporté 12 sièges lors des élections générales d'avril. Il est dirigé par l'ancien ministre de la justice Cho Kuk, qui est arrivé lundi après-midi sur les îles que la Corée du Sud appelle Dokdo. M. Cho était accompagné de représentants officiels.

Il a lu une déclaration affirmant que les îles font partie du territoire de la Corée du Sud.

Il a également critiqué le président sud-coréen Yoon Suk-yeol pour sa politique à l'égard du Japon.

Suite à la visite de M. Cho sur les îles Takeshima, Namazu Hiroyuki, le directeur général du Bureau des affaires asiatiques et océaniennes du ministère japonais des Affaires étrangères, a téléphoné à l'ambassade de Corée du Sud à Tokyo lundi.

Il a fait savoir au diplomate Kim Jang-hyun que l'atterrissage avait été forcé malgré la demande d'annulation formulée par le Japon.

M. Namazu a déclaré que le débarquement était totalement inacceptable et extrêmement regrettable, et que les îles faisaient partie intégrante du territoire japonais, à la lumière des faits historiques et sur la base du droit international.

L'ambassade du Japon à Séoul a déposé une protestation similaire auprès du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.