Myanmar : la junte a tué 5000 personnes depuis 2021, selon une association

Un groupe pour la défense des droits humains au Myanmar affirme qu’en date du vendredi 10 mai, 5000 personnes avaient été tuées dans les attaques et la répression menées par l'armée du pays depuis qu’elle a pris le pouvoir lors d'un coup d'État il y a trois ans.

L'Association d'assistance aux prisonniers politiques, ou AAPP, cite son propre décompte du nombre de morts, y compris des militants prodémocratie et des civils.

De nombreuses personnes auraient été tuées dans la région de Sagaing, dans le nord-ouest du pays, où les combats se poursuivent entre l'armée et les forces prodémocratie, ainsi qu’à Mandalay, la deuxième plus grande ville du Myanmar.

L’armée contrôle le pays depuis le putsch du 1er février 2021 et continue de détenir des membres des forces prodémocratie.

Depuis l'automne 2023, l'armée a perdu du terrain en raison d'une offensive menée par des groupes armés de minorités ethniques en coopération avec les forces prodémocratie près de la frontière. L'armée, quant à elle, multiplie les frappes aériennes.

Jeudi, elle a bombardé un monastère dans la région centrale de Magway, tuant plus de 10 personnes.