Les familles des personnes enlevées renouvellent leur appel à Tokyo et Pyongyang

Les familles des citoyens japonais enlevés par la Corée du Nord ont renouvelé leur appel à une résolution rapide du problème afin que les parents vieillissants puissent retrouver leurs enfants.

Le groupe des familles et leurs partisans ont organisé samedi un rassemblement à Tokyo. Près de 800 personnes y ont participé, dont le premier ministre Kishida Fumio.

Le chef du groupe, Yokota Takuya, a déclaré qu'Arimoto Akihiro, 95 ans, père d'Arimoto Keiko, et sa propre mère Sakie, 88 ans, étaient les seuls parents survivants des victimes.

Sa sœur aînée Megumi a été enlevée en 1977 alors qu'elle avait 13 ans.

Il a qualifié le dossier des enlèvements de « question humanitaire et de droits humains posée dans un laps de temps limité ».

Il a exhorté le gouvernement à poursuivre les négociations en prenant véritablement en compte l'exigence du retour immédiat de toutes les victimes.

Yokota Sakie a déclaré que sa famille attendait le retour de Megumi sans savoir où elle se trouvait. Elle a exhorté le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à se raviser et à restituer les victimes à leurs parents.

Soga Hitomi, ancienne victime d'un enlèvement, revenue au Japon il y a 22 ans, a également pris la parole lors du rassemblement. Sa mère Miyoshi a été enlevée avec elle en 1978 et on ignore où elle se trouve.

Mme Soga a déclaré que dimanche était la fête des mères au Japon, mais elle n'a pas pu célébrer cet événement depuis 46 ans, ajoutant ne pas comprendre pourquoi elles doivent endurer un tel sort.

Elle a également déclaré que le temps presse et qu'elle espère donc le prompt retour de toutes les victimes.

Les participants ont adopté une résolution appelant le gouvernement nippon à rapatrier immédiatement toutes les victimes et la Corée du Nord à permettre ce rapatriement.