Pas d'augmentation de salaire pour de nombreux travailleurs occasionnels lors des négociations de printemps au Japon

Une association de travailleurs occasionnels désireux d'obtenir des augmentations de salaire au Japon affirme que près de la moitié des entreprises concernées n'ont pas accédé à leurs demandes lors des négociations salariales de printemps.

Le groupe a déclaré lors d'une conférence de presse jeudi qu'environ 30 000 employés à temps partiel avaient demandé une augmentation de salaire de 10 % ou plus à 107 employeurs. Cinquante-cinq pour cent des entreprises ont répondu jusqu'à présent.

Le groupe a toutefois précisé que l'augmentation moyenne n'était que de 3 à 4 % et que les 48 entreprises restantes n'avaient pas encore accepté d'augmenter les salaires.

Par ailleurs, selon le groupe, environ 70 % des personnes interrogées dans le cadre d'une enquête menée ce mois-ci auprès des travailleurs à temps partiel et des travailleurs temporaires ont déclaré n'avoir obtenu aucune augmentation.

L'association affirme qu'il est inhabituel que des employés occasionnels se battent pour obtenir des augmentations de salaire, et qu'elle poursuivra les négociations car les résultats ont été minimes jusqu'à présent.

L'année dernière, le Japon comptait plus de 21 millions de travailleurs occasionnels, soit 37 % de la main-d'œuvre du pays.