Une responsable de l'ONU profondément préoccupée par l'IA militarisée

La cheffe du Bureau des affaires de désarmement de l'ONU a déclaré que les Nations unies souhaitaient sensibiliser à l'impact de l'utilisation militaire de l'intelligence artificielle, ou IA. La responsable espère qu'une telle prise de conscience accélérera les discussions sur la nécessité d'une réglementation internationale.

La secrétaire générale adjointe et Haute-Représentante pour les affaires de désarmement, Nakamitsu Izumi, a été interviewée par la NHK. Des armes utilisant l’IA auraient été utilisées dans la bande de Gaza et en Ukraine. Divers pays développent actuellement de telles armes.

Mme Nakamitsu a déclaré qu'elle ressentait un sentiment de crise, des armes utilisant l’IA étant développées pour une utilisation en temps de guerre. Elle a déclaré craindre que la technologie des armes basées sur l’IA n’entraîne un changement significatif dans la manière dont les guerres sont menées et combattues.

Les inquiétudes sont particulièrement croissantes concernant les systèmes d’armes létales autonomes, ou SALA. Ces systèmes d’armes sélectionnent et attaquent des cibles sans instructions humaines.

L’année dernière, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé les États membres à adopter un cadre juridiquement contraignant pour les SALA d’ici 2026, car aucune règle internationale ne les régit actuellement.

Sur cette question, Mme Nakamitsu a évoqué les écarts entre les pays qui développent déjà la technologie et ceux qui ne le font pas. Elle a déclaré que les grandes puissances militaires essayaient de prendre la tête du développement des SALA. Elle a ajouté que ces pays souhaitent obtenir un avantage dans les négociations.

Elle a également évoqué la possibilité que des terroristes et d’autres organisations abusent de l’IA.

Elle a souligné qu’il est important de faire comprendre à tous les pays et à tous les peuples que l’utilisation abusive de l’IA pourrait avoir des conséquences très négatives.