Le chef de la BoJ discute de la faiblesse du yen avec le premier ministre japonais

Le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Ueda Kazuo, et le premier ministre japonais Kishida Fumio se sont entretenus au sujet du taux de change, sur fond de dépréciation continue du yen jusqu'à des niveaux records par rapport au dollar.

Les deux hommes se sont entretenus mardi au bureau du premier ministre à Tokyo.

À l’issue de la réunion, M. Ueda a déclaré devant la presse qu’ils avaient échangé leurs points de vue sur la baisse du taux de change.

Le gouverneur de la BoJ a déclaré que, d'une manière générale, les taux de change peuvent potentiellement avoir un impact important sur l'économie et les prix.

Il a assuré que la Banque du Japon surveillerait de près la récente dépréciation du yen dans le cadre de sa politique de gestion.

Le 29 avril, la devise japonaise a plongé jusqu'à 160 yens par rapport au dollar, une première en 34 ans.

Le yen a par la suite rebondi brusquement jusqu'à 154 par rapport au billet vert, et augmenté à nouveau jeudi dernier. Ces mesures ont alimenté les spéculations selon lesquelles les autorités japonaises seraient intervenues à plusieurs reprises.

Le mois dernier, Ueda Kazuo a répondu par l’affirmative lorsqu'un journaliste lui a demandé si l'impact de la faiblesse du yen sur les prix globaux se situait dans une fourchette qui pouvait être ignorée.

Le marché n'a pas considéré sa réponse comme un message fort en faveur de la maîtrise de la dépréciation du yen, et la devise nippone s'est rapidement affaiblie par la suite.

Interrogé mardi sur cette remarque, le gouverneur de la BoJ a déclaré que cette position ne changeait pas, mais que la banque centrale surveillerait attentivement l'impact de la faiblesse du yen sur le taux fondamental des hausses de prix.