Conflit au Proche-Orient : le cessez-le-feu accepté par le Hamas est loin de répondre aux exigences d'Israël

Le Hamas a annoncé lundi que son chef Ismail Haniyeh accepte le cessez-le-feu proposé par les médiateurs égyptiens et qataris, mais le bureau du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou juge toujours que la proposition est loin de répondre aux conditions requises.

Si les dirigeants israéliens affirment que leurs délégués vont poursuivre les négociations, ils entendent continuer l'offensive sur la ville de Rafah, dans le sud du pays. D'après des journalistes sur le terrain, au moins 10 attaques ont eu lieu dans la seule journée de lundi.

L'armée israélienne a largué des tracts et utilisé les réseaux sociaux pour exhorter les civils à évacuer vers les endroits désignés comme zones humanitaires par Israël.

Pour les Nations unies, ce déplacement de la population est « inhumain », car ces zones ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour accueillir des milliers de personnes. L'organisation a l'intention de « rester et de fournir » de l'aide à la population, même à Rafah.