Les victimes de Minamata ont écourté leur réunion pour demander des excuses au ministre

Des groupes de personnes atteintes de la maladie de Minamata demandent des excuses au ministre japonais de l'Environnement. Lors d'une rencontre avec le ministre, certains intervenants ont vu leurs micros éteints. La maladie de Minamata est causée par la pollution de l'environnement et aurait dévasté la vie de dizaines de milliers de personnes.

Huit groupes de malades et de victimes ont rencontré le ministre de l'Environnement, Ito Shintaro, dans la ville de Minamata, dans le sud-ouest du pays, le 1er mai, à l'occasion du 68e anniversaire de la première reconnaissance officielle de la maladie.

Chaque représentant disposait de trois minutes pour transmettre ses demandes et autres messages au ministre.

Un responsable du ministère qui animait la réunion a interrompu un homme de 82 ans après la fin du temps qui lui était imparti. L'homme n'avait pas fini de parler de son épouse, décédée l'année dernière sans être reconnue comme étant atteinte de la maladie. Le microphone a ensuite été éteint.

Un autre intervenant a également vu son microphone éteint après avoir dépassé le temps imparti.

Après la réunion, les groupes ont demandé aux responsables du ministère s'ils contrôlaient le microphone. Les fonctionnaires ont répondu qu'ils étaient en faute et se sont excusés.

Le ministre Ito a déclaré qu'il ne savait pas que quelqu'un avait éteint le microphone.

Les groupes affirment qu'un tel comportement bafoue les sentiments et les souhaits des victimes et est inexcusable.

Des responsables du ministère ont déclaré mardi qu'il était inapproprié d'éteindre brusquement le microphone. Ils ont ajouté que le ministre leur avait demandé de rencontrer les participants en personne et de leur présenter des excuses.

Les responsables affirment que la règle des trois minutes est en vigueur depuis des années, mais que c'était la première fois que le microphone était réellement éteint.