Les services japonais sur le cloud mettent l'accent sur la « souveraineté des données »

Au Japon, les fournisseurs de services sur le cloud répondent aux attentes des clients concernant la sécurité, en misant sur la « souveraineté des données ».

Ce terme fait référence au fait de protéger les données en les conservant à l'intérieur des frontières d'un pays et en les soumettant aux lois et réglementations locales. L'Union européenne et d'autres pays du monde sont déjà en train d'adopter des procédures pour renforcer la sécurité des données.

Fujitsu s'est associé au géant américain de l'informatique Oracle pour lancer un service d'informatique en nuage au cours de l'année fiscale 2025, qui permettra de maintenir le transfert et le stockage de données au Japon.

Les responsables affirment que l'alliance permettra d'utiliser les centres de données locaux de Fujitsu et de faire en sorte qu'aucune information ne soit transférée à l'étranger.

Dans le cadre d'un projet similaire, NEC et NTT proposent leurs services aux entreprises japonaises qui utilisent l'IA générative. Les données sont ainsi traitées via des serveurs internes, sans recours aux centres de données.

Les fournisseurs soulignent que le service a une capacité de traitement limitée, mais qu'il correspond aux besoins de sécurité des entreprises pour ce qui est du stockage interne et de la transmission des données.