La Corée du Nord fustige le projet de nouveau mécanisme de surveillance des sanctions

La Corée du Nord a dénoncé les États-Unis, le Japon et d'autres pays pour leur engagement commun à instaurer un nouveau mécanisme de surveillance des sanctions contre le Nord.

L'ambassadeur nord-coréen auprès des Nations unies, Kim Song, a formulé ces critiques dimanche par l'intermédiaire de l'agence de presse centrale coréenne.

Un groupe d'experts du Conseil de sécurité de l'ONU a surveillé pendant 15 ans la mise en œuvre des sanctions contre la Corée du Nord.

Le mandat a toutefois expiré le 30 avril, la Russie ayant opposé son veto à une résolution en faveur de son renouvellement.

Cela a incité 49 pays et l’Union européenne à publier, le lendemain, une déclaration commune appelant à la création d’un nouveau mécanisme pour remplacer le groupe d’experts de l’ONU.

Kim Song a déclaré que les États-Unis et les autres pays occidentaux devraient réfléchir profondément à l'échec de leur « politique hostile envers la Corée du Nord », selon ses propres termes. Il a ajouté que si Washington et « ses partisans persistent à poursuivre une politique hostile et anachronique », ils seront confrontés à « une défaite stratégique encore plus pitoyable ».

Des sources informées ont déclaré à la NHK que la fin du mandat du groupe d'experts de l'ONU faciliterait le commerce du Nord et permettrait au pays d'exporter davantage de produits, y compris les ressources naturelles souterraines.

Les experts craignent que le Nord n’accélère ses violations des sanctions.