Les pourparlers sur Gaza se poursuivent, sans signe clair d'accord

Des pourparlers seraient en cours dans la capitale égyptienne afin de parvenir à un accord de cessez-le-feu à Gaza et à la libération des otages. Les médias israéliens ont indiqué que Tel Aviv n'enverrait pas de délégués au Caire si le Hamas n'acceptait pas une récente proposition.

Des organes de presse ont rapporté samedi qu'une délégation du Hamas et le directeur américain de la CIA, William Burns, étaient arrivés en Égypte. Ce pays joue le rôle de médiateur dans les pourparlers.

Le Hamas a déclaré qu'il se rendrait à la table des négociations en adoptant une attitude positive afin de parvenir à un accord.

Selon les médias locaux, qui citent des sources officielles égyptiennes, de nombreux points ont déjà fait l'objet d'un accord.

Une proposition récente prévoit une trêve de 40 jours pour le retour des otages par étapes, avant de passer à la phase suivante.

Il n'est pas certain que le Hamas, qui exige un cessez-le-feu total, et Israël, qui vise à détruire le groupe, soient en mesure de parvenir à un consensus.

Dans le même temps, l'assaut israélien sur Gaza se poursuit en dépit des pourparlers en cours.

Les médias locaux ont rapporté samedi que trois personnes, dont deux enfants, ont été tuées lors du bombardement d'une maison à Rafah. Environ 1,2 million de Palestiniens, dont un grand nombre s'est réfugié dans d'autres secteurs de la bande de Gaza pour échapper aux bombardements israéliens, se trouvent à Rafah.

Les autorités sanitaires locales affirment que 34 654 personnes ont été tuées dans le conflit jusqu’à présent.