La collision récente d’hélicoptères des FAD se serait produite en vol

Selon le ministre japonais de la Défense, l'analyse des enregistreurs révèle qu'une collision en vol était à l'origine du crash, le mois dernier, de deux hélicoptères des Forces maritimes d'autodéfense.

Les deux appareils de patrouille SH-60K se sont écrasés le 20 avril au large de l'île Torishima, dans les îles Izu, au sud de Tokyo, lors de manœuvres nocturnes. L'un des huit membres d'équipage a été confirmé mort. Les sept autres demeurent disparus.

Les FAD ont jugé très probable que les hélicoptères soient entrés en collision en plein vol.

Le ministre de la Défense, Kihara Minoru, a déclaré jeudi aux journalistes qu'une première analyse des enregistreurs de vol ne révélait aucune anomalie dans les appareils, ni dans leurs performances avant l'accident.

M. Kihara a annoncé qu'un impact soudain et important a été enregistré simultanément sur les appareils des deux hélicoptères au même endroit, signe que les deux engins sont entrés en collision et se sont écrasés.

Il a ajouté qu'une analyse plus approfondie était nécessaire pour déterminer la cause précise de la collision.

M. Kihara a également annoncé que les vols d'entraînement impliquant un seul SH-60K reprendraient vendredi ou plus tard. La formation au pilotage avec ces hélicoptères a été suspendue depuis l'accident du mois dernier.