Les proches des Japonais enlevés par la Corée du Nord demandent le soutien des autorités américaines

Les proches des ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord ont demandé de l'aide à de hauts responsables du gouvernement américain pour ramener toutes les personnes enlevées restantes. Les proches ont ajouté que cela devrait être fait le plus tôt possible, car il ne reste plus beaucoup de temps à leurs parents âgés.

Le groupe comprenait Yokota Takuya, dont la sœur Megumi a été enlevée en 1977 à l'âge de 13 ans, et Iizuka Koichiro, dont la mère Taguchi Yaeko a été enlevée alors qu'il avait un an.

Le groupe a rencontré mardi à Washington Uzra Zeya, sous-secrétaire d'État chargée de la sécurité civile, de la démocratie et des droits humains au département d'État. Le groupe a également rencontré Daniel Kritenbrink, secrétaire d'État adjoint chargé des Affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique, et le sénateur Bill Hagerty, ancien ambassadeur des États-Unis au Japon.

M. Yokota a déclaré aux journalistes après les réunions qu'il avait montré aux responsables une photo de sa mère Sakie et avait demandé leur soutien. Il a souligné qu'il restait peu de temps pour les parents vieillissants des personnes enlevées.

M. Yokota a indiqué avoir expliqué la décision du groupe, annoncée en février, selon laquelle il ne s'opposerait pas à la levée par le Japon des sanctions contre la Corée du Nord si Pyongyang rendait toutes les personnes enlevées pendant que leurs parents étaient en vie.

Le groupe affirme qu'aucune objection n'a été soulevée par les responsables américains et qu'ils ont convenu que le Japon et les États-Unis travailleraient ensemble pour résoudre le problème des enlèvements.

M. Yokota a ajouté que le message des proches semblait avoir trouvé un écho auprès de tout le monde.