Les dirigeants israéliens préoccupés par d’éventuels mandats d’arrêt de la CPI

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a vivement réagi aux informations des médias indiquant que la Cour pénale internationale (CPI) pourrait émettre des mandats d'arrêt contre de hauts responsables du gouvernement israélien.

Les informations ont été publiées dans les médias israéliens et américains. La CPI poursuit son enquête sur l'offensive militaire israélienne dans la bande de Gaza.

M. Nétanyahou a critiqué l’éventuelle décision de la CPI dans un communiqué publié mardi. Il a rappelé qu’Israël n’était même pas soumis à la juridiction de la Cour. Il a ajouté que si le tribunal émettait des mandats d'arrêt contre les commandants militaires et les chefs d'État israéliens pour crimes de guerre, ce serait « un scandale aux proportions historiques ». 

Le président israélien Isaac Herzog a publié mardi une déclaration dans laquelle il a dit : « Je m'oppose sans équivoque à toute tentative d'abuser des institutions juridiques internationales – y compris la CPI – pour priver l'État d'Israël de ses droits fondamentaux. »

Le site d’information américain Axios a rapporté que M. Nétanyahou avait demandé dimanche au président américain Joe Biden d’aider à empêcher la CPI d’émettre des mandats d’arrêt contre de hauts responsables israéliens.