Benyamin Nétanyahou promet de poursuivre l'offensive sur Rafah, avec ou sans accord

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a déclaré qu’il irait de l’avant avec l’offensive dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, avec ou sans accord.

M. Nétanyahou a fait ces remarques mardi lors d'une réunion avec les proches des otages et des familles endeuillées.

Il a annoncé : « L’idée selon laquelle nous arrêterions la guerre avant d’avoir atteint tous nos objectifs est hors de question ».

Le premier ministre a exprimé sa détermination à « entrer dans Rafah » et à « éliminer les bataillons du Hamas » pour « obtenir la victoire totale ».

Cette démonstration de force intervient alors que des pourparlers se poursuivent pour une trêve dans les combats et pour la libération des otages détenus par le groupe islamique Hamas. Les négociations se font par l’intermédiaire de pays comme l'Égypte.

Le Hamas serait en train de discuter d'un accord proposé lundi en Égypte. Le groupe exige un cessez-le-feu complet comme condition à la libération des otages.

L'armée israélienne se prépare à une opération terrestre à Rafah, mais le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré samedi que son pays pourrait suspendre ce plan s'il parvenait à un accord avec le Hamas concernant les otages.

Sa remarque a suscité une réaction négative de la part de la droite israélienne. Les observateurs estiment que c’est cela qui a incité Benyamin Nétanyahou à faire cette démonstration de force.

La télévision par satellite Al Jazeera, basée au Qatar, a cité un analyste politique palestinien estimant que les derniers commentaires de M. Nétanyahou sabotent tous les pourparlers de cessez-le-feu.