Des députés de l'opposition sud-coréenne visitent les îles contestées de Takeshima

Le principal parti d'opposition sud-coréen indique que ses députés et d'autres personnes sont arrivés sur les îles Takeshima, dans la mer du Japon.

La Corée du Sud contrôle les îles. Le Japon les revendique. Le gouvernement nippon maintient que les îles font partie intégrante du territoire japonais et que la Corée du Sud les occupe illégalement.

Selon une branche régionale du Parti démocrate, 17 personnes, dont trois députés, sont arrivées sur les îles mardi. La Corée du Sud appelle ces îles Dokdo.

Un clip vidéo publié sur YouTube montre des députés avec une banderole, scandant : « Dokdo est notre territoire ».

Les législateurs auraient déclaré que les îles faisaient partie intégrante du territoire sud-coréen et que les revendications du Japon étaient absolument inacceptables.

Ils auraient également affirmé qu’ils ne pourraient jamais abandonner ou faire de compromis sur cette question, quels que soient les sacrifices impliqués.

La branche régionale du Parti démocrate a fait savoir que les responsables du parti se rendraient à nouveau dans les îles pour protéger la souveraineté territoriale du pays.

Le gouvernement sud-coréen maintient ses revendications de souveraineté sur les îles, même si les relations entre le Japon et la Corée du Sud se sont améliorées.

Le Parti démocrate a remporté les élections générales au début du mois. Les observateurs craignent que l'administration du président Yoon Suk-yeol ne soit confrontée à des critiques plus sévères au Parlement concernant sa diplomatie envers le Japon.

Le ministère nippon des Affaires étrangères a déposé une protestation auprès de l'ambassade de Corée du Sud à Tokyo à la suite de la visite des législateurs dans les îles Takeshima.

Le directeur général du Bureau des affaires asiatiques et océaniennes du ministère, Namazu Hiroyuki, a déclaré par téléphone au diplomate de l'ambassade de Corée du Sud, Kim Jang-hyun, que cette visite était totalement inacceptable et extrêmement regrettable.

M. Namazu a déploré le fait que les législateurs avaient débarqué sur les îles malgré les protestations du Japon. Il a ajouté que les îles font partie intégrante du territoire japonais, tant du point de vue historique que celui du droit international.

L'ambassade du Japon à Séoul a déposé une protestation similaire auprès du ministère des Affaires étrangères de la Corée du Sud.