Kishida Fumio : pas de dissolution de la Chambre basse après la défaite du PLD aux élections partielles

Le premier ministre japonais Kishida Fumio n'envisage pas d'élections anticipées après la victoire du Parti constitutionnel démocrate. Ce parti de l'opposition a remporté tous les sièges lors des trois scrutins partiels ce week-end.

Le Parti libéral démocrate, formation actuellement au pouvoir, n'avait pas présenté de candidat dans deux de ces circonscriptions et a perdu dans la troisième, à Shimane.

Pour M. Kishida, le scandale financier qui touche le PLD a pesé lourd. Il a déclaré : « La question de la collecte de fonds politiques du PLD s'est avérée être un facteur majeur lors de la campagne électorale de Shimane. Je regrette vraiment cette défaite, et je suis désolé pour le candidat et pour tous les électeurs qui lui ont apporté leur soutien. »

Le premier ministre est décidé à s'acquitter de ses fonctions, notamment en tant que président du PLD. Il veut restaurer la confiance de l'opinion publique grâce à des réformes de son parti et de sa politique, et grâce à des mesures de lutte contre la hausse des prix.

Les députés du PCD vont désormais faire pression sur le gouvernement au parlement. Malgré tout, le premier ministre n'a pas l’intention de dissoudre la Chambre basse.