Les États-Unis confirment que cinq unités israéliennes ont commis des violations des droits de l'homme avant le 7 octobre

Le département d'État américain rapporte qu'il a confirmé que cinq unités des forces israéliennes avaient commis de graves violations des droits de l'homme avant le début du conflit avec le Hamas en octobre dernier.

Le porte-parole adjoint du département d'État, Vedant Patel, a précisé lundi devant les journalistes qu'aucun des incidents n'avait eu lieu à Gaza. Il a ajouté que quatre des « unités ont pris des mesures efficaces » après ces violations.

Vedant Patel n'a fourni aucun détail, mais les médias américains mentionnent des tortures et des maltraitances commises envers des Palestiniens en Cisjordanie occupée par Israël.

La loi américaine interdit aux États-Unis de fournir une assistance militaire à des forces de sécurité étrangères lorsqu’il existe des informations crédibles montrant qu'elles sont impliquées dans des violations flagrantes des droits humains.

Avant la conférence de presse de M. Patel, les médias américains affirmaient que Washington pourrait suspendre son assistance militaire à l'une unité des forces israéliennes. Ces informations ont suscité une vive réaction de la part du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

La loi américaine autorise des exceptions. Une aide militaire peut être fournie si le secrétaire d'État juge que le gouvernement des forces impliquées prend des mesures efficaces pour traduire les responsables en justice.