Une étape clé pourrait être franchie dans la transplantation par génie biologique, selon des chercheurs

Des chercheurs japonais indiquent avoir confirmé l'existence d'une circulation sanguine dans des poumons issus de la bio-ingénierie et transplantés sur des souris. Ils précisent que les poumons ont été fabriqués à partir de cellules humaines.

Le professeur adjoint Suzuki Takaya de l'Institut du développement, du vieillissement et du cancer de l'université du Tohoku, et d'autres chercheurs affirment avoir retiré toutes les cellules des poumons de souris. Les fibres de collagène et la membrane basale ont toutefois été conservées.

Le groupe indique qu'il a ensuite injecté des cellules humaines dans ces structures pour créer des poumons, y compris des vaisseaux sanguins, et qu'il a transplanté les organes issus de la bio-ingénierie dans d'autres souris.

Les chercheurs affirment que l'ingénierie d'organes complexes, tels que les poumons, reste un défi majeur.

Ils affirment que la méthode de bio-ingénierie pulmonaire à l'échelle de la souris mise au point dans le cadre de leur étude pourrait faciliter la mise à l'échelle de la bio-ingénierie d'organes plus importants pour les humains dans le futur.

Selon M. Suzuki, la structure des poumons de mammifères est fondamentalement la même d'une espèce à l'autre, y compris chez la souris, le porc et l'homme. Il pense que cette nouvelle méthode est une étape importante pour mener des recherches en utilisant des porcs et d'autres animaux de grande taille pour transplanter des poumons issus de la bio-ingénierie chez l'homme.