Le PDC, principal parti d'opposition japonais, remporte trois élections partielles

Trois élections partielles à la Chambre basse ont eu lieu dimanche au Japon. Les candidats du principal parti d'opposition, le Parti démocrate constitutionnel, ont remporté les trois sièges. Ces résultats auront sans doute un impact sur la gestion du gouvernement, dirigé par le premier ministre Kishida Fumio.

Les élections partielles ont eu lieu dans des circonscriptions de Tokyo et dans les départements de Shimane et de Nagasaki.

Dans la circonscription n°1 de Shimane, un candidat du PDC a battu le Parti libéral démocrate (PLD).

Les élections dans le district n°15 de Tokyo ont eu lieu après la démission d'un ancien ministre de la Justice sur fond d’allégations d'achat de voix. Le candidat du PDC a remporté le scrutin. Le PLD n'avait pas présenté de candidat pour ce siège.

Le parti de Kishida Fumio n'a pas non plus contesté le district n°3 du département de Nagasaki. L'élection partielle s’est déroulée à la suite de la démission d'un député liée à un scandale de collecte de fonds politiques.

Voici quelques réactions des responsables des deux partis.

Le président du PDC, Izumi Kenta, a déclaré : « Les élections partielles ont été un test de réforme politique. De nombreuses personnes à travers le Japon souhaitent exprimer leurs opinions. Si les projets de réforme politique du PLD ne progressent pas, nous devrons naturellement solliciter un mandat public. »

Le secrétaire général du PLD, Motegi Toshimitsu, a observé : « Nous devons accepter les résultats. Nous essaierons de regagner la confiance de la population en travaillant sans relâche pour la réforme. »

Ces élections partielles sont les premières depuis que le scandale de financement du PLD a été rendu public l'automne dernier. Plus tôt ce mois-ci, le PLD a sanctionné des dizaines de membres qui avaient reçu des dons illicites pour la vente de billets lors de collectes de fonds, et n'avaient pas adéquatement déclaré leurs revenus.