L'eau contaminée de la centrale Fukushima Dai-ichi chute à un sixième de son pic

L'exploitant de la centrale nucléaire endommagée Fukushima Dai-ichi affirme avoir atteint l'un de ses objectifs consistant à contenir le flux d'eau contaminée.

Le volume d’eau quotidien serait désormais inférieur à un sixième de la période de pointe.

L'eau contaminée s'est accumulée dans le complexe depuis la triple fusion consécutive au séisme et au tsunami de 2011.

Le liquide utilisé pour refroidir le combustible nucléaire en fusion se mélange à la pluie et aux eaux souterraines qui s'écoulent dans les bâtiments des réacteurs endommagés, créant ainsi de l'eau contaminée.

Selon l'opérateur, la Compagnie d'électricité de Tokyo, l'accumulation quotidienne moyenne était d'environ 80 tonnes au cours de l'exercice 2023 qui a pris fin en mars dernier.

Le niveau quotidien le plus élevé a été enregistré à 490 tonnes au cours de l'exercice 2015.

Le service public précise que la réduction est liée à un meilleur contrôle de l’afflux de pluie et des eaux souterraines, la surface du sol étant recouverte de béton autour des bâtiments.

Tepco admet que les précipitations annuelles de l'année dernière ont été inférieures à la moyenne, mais elle estime que l'accumulation quotidienne ne dépassera pas 90 tonnes, même si l'installation connaît un volume habituel de précipitations.

Le gouvernement et Tepco affirment avoir atteint l’un des objectifs fixés dans le calendrier de démantèlement, qui consiste à maintenir la quantité quotidienne d’eau contaminée à moins de 100 tonnes d’ici 2025.

Il n’y a toutefois aucune perspective en vue d’arrêter complètement l’eau.

Tepco annonce son intention d'installer de grandes bâches sur les bâtiments, afin de réduire à 70 tonnes ou moins la quantité d'eau quotidienne, d'ici avril 2029.