La dépréciation du yen joue sur les choix de vacances au Japon

Les vacances de printemps ont commencé au Japon. Elles interviennent alors que le yen s'est brièvement déprécié au point d’atteindre la fourchette de 158 par rapport au dollar, à New York, marquant ainsi son plus bas niveau depuis 34 ans. La faiblesse de la monnaie japonaise constitue une aubaine pour de nombreux visiteurs étrangers, qui affluent vers les lieux touristiques.

Le paysage urbain historique de la ville de Kawagoe est situé à environ une heure du centre de Tokyo. Ces résidences traditionnelles de style entrepôt constituent un attrait majeur.

Aujourd'hui, la dépréciation du yen procure aux touristes étrangers davantage de raisons de profiter de leur séjour au Japon.

L’un d’entre eux a déclaré à la NHK que la faiblesse de la monnaie japonaise leur permet de faire plus facilement du shopping et de multiplier les visites dans l’Archipel.

Si les voyageurs étrangers s’en réjouissent, il en va autrement pour les visiteurs japonais.

Une jeune mariée a déclaré : « Je veux vraiment voyager à l'étranger, mais ce n'est pas si facile aujourd’hui. »

Un couple nippon ressent les effets du taux de change lors de son séjour d'une semaine à Hawaï.

« Nous sautons parfois le petit-déjeuner et prenons simplement un brunch, pour économiser sur les frais de restauration », a déclaré la femme. « Et parfois, notre petit-déjeuner est composé de plats instantanés que nous avons apportés du Japon. Si le taux de change était un peu meilleur, notre voyage serait beaucoup plus facile. »

Selon une enquête réalisée par la grande agence de voyages JTB, plus de 70 % des personnes interrogées choisissent de ne pas faire de voyages d'une nuit ou plus. Par rapport à 2023, un plus grand nombre de personnes évoquent par ailleurs les défis économiques.