La Corée du Nord affirme qu'elle poursuivra sa mission de surveillance spatiale

La Corée du Nord affirme qu'elle remplira son « devoir important », comme prévu, de surveiller les manœuvres militaires des États-Unis et d'autres forces hostiles afin de renforcer ses capacités de reconnaissance spatiale.

Les pays concernés sont en état d'alerte, car le Nord se préparerait à lancer prochainement un autre satellite espion militaire.

La Corée du Nord a révélé son intention de lancer trois autres satellites militaires espions cette année, après le lancement réussi, selon ses propres termes, de son premier satellite militaire, le Malligyong-1, en novembre dernier.

L'Administration nationale de la technologie aérospatiale de la Corée du Nord, responsable du lancement des satellites de reconnaissance militaires, a publié samedi la déclaration de son porte-parole par l'intermédiaire de l'Agence de presse centrale coréenne.

L'administration a critiqué le lancement ce mois-ci du deuxième satellite espion sud-coréen depuis les Etats-Unis et a déclaré que le projet de développement spatial du Nord, y compris le lancement de satellites militaires, était un « choix stratégique indispensable pour garantir la sécurité, les intérêts et le droit à l'existence de notre pays ».

Un groupe de réflexion américain affirme que les images satellite de la station de lancement nord-coréenne Sohae, dans le nord-ouest du pays, montrent que des préparatifs sont en cours pour procéder au lancement d'un autre satellite espion dans un avenir proche.