Le premier ministre japonais effectue une offrande au sanctuaire Yasukuni de Tokyo

Le premier ministre japonais Kishida Fumio a fait une offrande rituelle au sanctuaire Yasukuni de Tokyo à l'occasion du festival de printemps, ce qui a suscité des protestations de la part des pays voisins. Le sanctuaire honore les morts de la guerre au Japon. Parmi les personnes commémorées figurent des dirigeants condamnés pour crimes de guerre après la Seconde Guerre mondiale.

M. Kishida a envoyé une plante en pot avec une plaque en bois portant son nom et son titre officiel dimanche, au premier jour du festival qui se déroule sur trois jours.

Selon certaines sources, le premier ministre ne se rendra pas au sanctuaire pendant cette période.

Depuis sa prise de fonction en 2021, M. Kishida a fait des offrandes dans le cadre des festivals de printemps et d'automne du sanctuaire, conformément au principe établi par ses prédécesseurs Abe Shinzo et Suga Yoshihide. Le ministre de la Revitalisation économique, Shindo Yoshitaka, s'est rendu sur les lieux dimanche pour y prier.

Un porte-parole de l'ambassade de Chine à Tokyo a publié une déclaration, plus tard dans la journée, affirmant que de telles offrandes et visites blessaient les habitants des pays qui ont souffert des actions du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a également demandé à Tokyo de faire face, de se pencher sur son passé agressif et d'établir une distinction claire avec le militarisme.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a publié une déclaration dans laquelle il exprime sa « profonde déception et ses regrets ». Il a déclaré que le sanctuaire « glorifie les guerres d'agression passées du Japon et consacre des criminels de guerre ».

Il a également invité les dirigeants japonais à se pencher sur l'histoire de leur pays et à faire preuve « d'une humble réflexion et d'un véritable repentir vis-à-vis du passé », afin de poser les bases des relations entre la Corée du Sud et le Japon, tournées vers l'avenir.