Tremblement de terre d’Ishikawa : six semaines plus tard, les efforts se poursuivent

Dans le centre du Japon, six semaines après le tremblement de terre du 1er janvier, les efforts se poursuivent.

Des bénévoles apportent leur aide dans la péninsule de Noto, majoritairement touchée. Mais les logements pour eux sont rares.

Beaucoup doivent pour l'instant faire les allers-retours en bus entre leurs bases d'activités et la ville de Kanazawa, dans le département d'Ishikawa, qui dispose de meilleures infrastructures.

Des fournitures d’aide humanitaire provenant des quatre coins de l’Archipel sont acheminées vers la ville de Wajima, la plus durement touchée.

Koyama Masaki est un artisan traditionnel de baguettes en laque. Son atelier a été endommagé ainsi que sa maison. Il est actuellement dans l’incapacité de travailler.

Il est en charge de la gestion des approvisionnements humanitaires depuis la catastrophe.

Koyama Masaki a déclaré : « Il y a des gens qui traversent des moments beaucoup plus difficiles que moi, alors j'espère que je pourrai faire quelque chose pour les aider. »

Entre-temps, la municipalité de Wajima a commencé à proposer des consultations individuelles sur la démolition des bâtiments endommagés. Les travaux seraient financés par l'État.

Plus de 60 000 habitations du département d'Ishikawa sont totalement ou partiellement détruites. Les autorités municipales affirment avoir reçu environ 500 demandes pour le moment.

Jusqu'à présent, la mort de 241 personnes a été confirmée et au moins 23 000 vivent toujours dans des abris du département d'Ishikawa, le plus durement touché.