Pakistan : victoire de l'opposition aux élections législatives

Selon la commission électorale pakistanaise, les candidats indépendants de l'opposition, soutenus par l'ancien premier ministre emprisonné Imran Khan, ont remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives de jeudi. Ils n’ont toutefois pas obtenu la majorité au Parlement, ce qui a incité le parti au pouvoir à lancer des pourparlers de coalition.

La commission a annoncé dimanche que les candidats affiliés à M. Khan, et d'autres compétiteurs indépendants, avaient obtenu 101 des 266 sièges disputés par suffrage direct.

Elle a indiqué que 75 sièges ont été attribués au parti au pouvoir, la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz, ou PML-N, dirigé par l'ancien premier ministre Nawaz Sharif.

M. Khan dirige quant à lui le parti d’opposition Pakistan Tehreek-e-Insaf, ou PTI, populaire auprès des jeunes électeurs. L'ancienne star du cricket n'était pas éligible au scrutin car il est incarcéré pour corruption et autres accusations. Les candidats de son parti devaient se présenter en tant qu’indépendants.

Malgré l'annonce de la commission électorale, la validation des résultats devrait prendre encore du temps dans certaines circonscriptions.

Plusieurs candidats affiliés au PTI ont porté leurs préoccupations devant les tribunaux, contestant les victoires déclarées de leurs rivaux. Ils affirment avoir obtenu plus de voix que ne l’indiquent les décomptes publiés par les responsables électoraux. Le parti PTI organise également des manifestations à ce sujet.

Selon les médias locaux, aucun parti n'a obtenu la majorité à l’issue du scrutin, ce qui soulève la nécessité de former un gouvernement de coalition. Le parti de M. Sharif est actuellement en pourparlers de coalition avec d'autres forces, notamment le Parti du peuple pakistanais, ou PPP.