Les allégations contre le personnel à Gaza sont prises au sérieux, selon le directeur de l'UNRWA

Le directeur de l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, déclare que son agence a réagi rapidement aux récentes allégations d'Israël selon lesquelles certains membres de son personnel auraient été impliqués dans les attaques du Hamas du 7 octobre.

Selon le commissaire général Philippe Lazzarini, l'UNRWA prend ces allégations au sérieux. L'agence a déjà licencié dix des douze agents soupçonnés d'être impliqués. Deux autres sont décédés depuis.

Dans une interview en ligne avec la NHK samedi, M. Lazzarini a déclaré que, bien qu'une enquête indépendante soit en cours, l'agence a pris des mesures rapides et a licencié le personnel, avant même que les résultats de l'enquête ne soient publiés.

Selon M. Lazzarini, les décisions prises par plus de dix pays, dont le Japon, de suspendre les fonds destinés à l'UNRWA, pourraient avoir un impact sur sa capacité à répondre aux besoins urgents, car l'agence pourrait se retrouver à court de fonds à partir du mois de mars.

Il a dit espérer que les résultats de l'enquête seront bientôt publiés et que les pays donateurs reprendront le versement des fonds à l'agence.

M. Lazzarini s'est également dit très préoccupé par le fait que l'armée israélienne s'apprête à mener une offensive terrestre dans la ville de Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza. Environ un million de personnes y ont trouvé refuge.

Il a déclaré qu'une offensive au milieu de cette foule ne ferait qu'ajouter de nouvelles souffrances à cette tragédie qui n'en finit pas. M. Lazzarini a fait remarquer que les habitants de Gaza n'ont nulle part où aller si l'offensive est menée.