Kim Jong-un affirme qu'occuper le territoire sud-coréen en cas de guerre est désormais une politique nationale

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un affirme que son pays occupera et annexera le territoire sud-coréen en cas de guerre, soulignant qu'il n'hésiterait pas à recourir à la force.

Les médias officiels du Nord ont rapporté vendredi que le dirigeant Kim avait visité le ministère de la Défense en compagnie de sa fille la veille. Ce jeudi était le jour anniversaire de la création de l'armée nord-coréenne.

M. Kim a déclaré que son pays considérait désormais la Corée du Sud comme "l'ennemi principal le plus nuisible" et "l'ennemi principal invariable" plutôt que comme un homologue potentiel en vue d'une réunification pacifique. Il aurait souligné que ce changement de politique libérait son pays des contraintes liées au dialogue et à la coopération avec le Sud.

Le média a rapporté que Kim Jong-un a déclaré que ce changement de politique était extrêmement approprié pour la paix future.

Le mois dernier, M. Kim a demandé que la constitution du pays soit révisée afin de définir clairement le territoire couvert par sa souveraineté. Dans son discours de jeudi, M. Kim a qualifié la ligne de démarcation séparant les deux Corées de frontière nationale.

La Corée du Nord a procédé à des tirs d'essai de missiles de croisière à quatre reprises en dix jours, jusqu'au 2 février.

Pyongyang a réitéré sa position de confrontation à l'occasion de l'anniversaire de la fondation de son armée.