Le président du comité d'organisation des JO de Paris nie les violations dans le cadre d'une enquête sur sa rémunération

Le président du comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris a nié avoir commis la moindre infraction dans le cadre d'une enquête judiciaire sur sa rémunération.

Mardi, les médias français ont rapporté, en citant des sources, que le président du comité d'organisation, Tony Estanguet, faisait l'objet d'une enquête judiciaire concernant sa rémunération.

Selon ces médias, le président du comité aurait reçu 270 000 euros, soit environ 290 000 dollars, par an jusqu'en 2020, et ce montant pourrait avoir dépassé le plafond fixé par la loi française pour un directeur d'une organisation à but non lucratif.

M. Estanguet a déclaré jeudi qu'il n'avait pas décidé du montant de son salaire ni de la manière dont il était déterminé.

En juin de l'année dernière, des enquêteurs français ont perquisitionné le siège du comité d'organisation de Paris, soupçonné d'être impliqué dans des affaires de détournement de fonds, de favoritisme et d'autres fautes professionnelles.

Cette dernière allégation en date contre le chef du comité a suscité la controverse moins de six mois avant l'ouverture des Jeux.