Les canaux constituent un goulot d'étranglement dans le commerce maritime, soutient un expert japonais

Un leader de l'industrie commerciale nippone estime que les canaux pourraient devenir un facteur de risque pour le transport maritime, sur fond d'attaques répétées des rebelles Houthis contre des navires dans la mer Rouge.

Le président du Conseil japonais du commerce extérieur, Kokubu Fumiya, a déclaré mercredi que de telles attaques pourraient continuer à se produire soudainement à l'avenir et que les entreprises devraient s'y préparer.

De nombreux navires évitent les routes passant par la mer Rouge, qui se trouve à l’entrée du canal de Suez, où les attaques ont lieu.

M. Kokubu a également souligné les restrictions de passage au canal de Panama, imposées en période de sécheresse. Il a déclaré que les canaux sont devenus un goulot d'étranglement dans le commerce maritime mondial.

Trois grandes compagnies maritimes japonaises, dont NYK Line, utilisent des routes alternatives plus longues, notamment autour du Cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud, dans ce contexte de tensions croissantes en mer Rouge.

Le directeur général de NYK, Yamamoto Takashi, a fait savoir lundi que la société assumait désormais le fardeau des coûts supplémentaires, mais qu'elle devra négocier ses tarifs avec les clients dans un avenir proche.