Un ministre japonais admet qu'il pourrait avoir signé un document lié à un groupe religieux

Le ministre japonais de l'Éducation et de la Culture, Moriyama Masahito, a admis qu'il avait peut-être signé par inadvertance un document qui était essentiellement un accord politique avec le groupe religieux anciennement appelé l'Église de l'Unification.

Le journal Asahi Shimbun avait rapporté que le ministre avait reçu une lettre de recommandation et un soutien de campagne d'une organisation liée au groupe lors des élections à la Chambre basse de 2021.

Le journal a également rapporté mercredi que M. Moriyama avait signé le document confirmant la recommandation.

Mercredi, lors d'une séance de la commission budgétaire de la Chambre basse, il a été demandé au ministre s'il avait reçu la lettre de recommandation.

Il a indiqué qu'il l'avait oublié jusqu'à ce que le journal publie l’article, mais lorsqu'il a vu la photo, il a commencé à se rappeler vaguement que cela avait pu se produire.

Il a ajouté avoir été invité à un rassemblement par des électeurs de sa circonscription et qu'on lui avait peut-être demandé de manière inattendue de signer le document à la clôture de l'événement.

Il a précisé qu'il avait peut-être inscrit son nom sur la lettre sans la lire attentivement, ce qui, selon lui, était une décision imprudente.

Le premier ministre Kishida Fumio a rejeté une demande du principal parti d'opposition, le Parti constitutionnel démocrate, visant le limogeage de M. Moriyama.