Enquête sud-coréenne : la majorité des transfuges nord-coréens n'aiment pas le leadership héréditaire

Le gouvernement sud-coréen affirme que plus de la moitié des Nord-Coréens qui ont fait défection ces dernières années ont exprimé des opinions négatives sur la succession héréditaire du pouvoir dans leur pays.

Le ministère de l'Unification a publié mardi un rapport sur son enquête menée auprès de 6351 Nord-Coréens qui ont fui leur pays avant 2020. Dans l'enquête, des questions leur étaient posées sur la situation politique, sociale et économique du Nord.

Les résultats ont révélé que 54,9 % des Nord-Coréens ayant fait défection au cours des cinq années précédant 2020 avaient une opinion négative du système de leadership héréditaire de leur ancien pays.

Le rapport note que ces opinions critiques se sont multipliées depuis que Kim Jong-un a hérité du pouvoir après la mort de son père en 2011.

L'enquête a montré que parmi les transfuges qui ont fui le Nord en 2016 ou après, 83,3 % ont déclaré avoir regardé des séries dramatiques et d'autres vidéos produites par la Chine et la Corée du Sud, ce qui laisse à penser que beaucoup ont montré un grand intérêt pour les questions extérieures à leur pays, malgré le contrôle strict exercé par Pyongyang sur les médias.

Le rapport indique également que les activités de marché individuelles se développent en Corée du Nord, alors que le système de rationnement alimentaire du pays s'est pratiquement effondré. Il a souligné que certains transfuges ont déclaré avoir acheté ou vendu des maisons à titre privé, ce qui est interdit dans le Nord.