Les sociétés commerciales japonaises s'inquiètent de la hausse des coûts du transport maritime

Les principales sociétés commerciales japonaises craignent de plus en plus une hausse des coûts du transport, suite aux récentes attaques menées par les rebelles Houthis du Yémen contre des navires en mer Rouge.

Sumitomo Corporation affirme que les coûts pourraient augmenter, car au lieu de passer par la mer Rouge, le transport de matériaux en acier et de produits chimiques d'Asie vers l'Europe se fait par le Cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud.

Le groupe passe désormais certaines commandes plus tôt que prévu compte tenu des délais de livraison plus longs et envisage également le transport aérien pour certains produits.

Son directeur financier, Morooka Reiji, a déclaré lundi lors d'une conférence de presse en ligne que la chaîne d'approvisionnement de Sumitomo est limitée pour l'Europe. Mais il a l'intention de coopérer avec les clients et les fournisseurs pour faire en sorte que la situation n'ait pas de conséquences négatives sur leurs activités.

Un autre groupe, Toyota Tsusho Corporation, s'est aussi montré inquiet face à la hausse des coûts due au fait que des routes maritimes alternatives sont empruntées pour livrer les pièces détachées vers ses usines de production automobile proches de la Turquie.

Toyota Tsusho précise que toute augmentation des tarifs de navigation en Afrique ou ailleurs va avoir des conséquences sur ses activités jusqu’à la fin de l’exercice 2024.