L’armée états-unienne affirme avoir attaqué des sites soutenus par l’Iran en Irak et en Syrie

Le Commandement central états-unien a annoncé que ses forces ont mené des frappes aériennes en Irak et en Syrie. Les attaques visaient la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran et des milices affiliées.

Le Commandement central a déclaré que les frappes ont eu lieu à 16 heures, heure de l'Est des États-Unis, vendredi, et visaient plus de 85 cibles.

Ces dernières comprenaient des centres de commandement et de contrôle des opérations des milices ainsi que des entrepôts de missiles et de drones.

Les frappes ont été effectuées par des bombardiers à long rayon d'action pilotés depuis les États-Unis qui ont utilisé plus de 125 munitions de précision.

Un responsable du gouvernement états-unien a déclaré à la NHK que l'attaque était une réponse à la mort de trois soldats lors d'une frappe de drone dans un avant-poste américain en Jordanie dimanche.

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que la réponse serait une "approche graduelle" échelonnée dans le temps.