Selon un expert, l'activité sismique a augmenté à Noto et dans ses environs après le séisme du Nouvel An

Un chercheur japonais indique que l'activité sismique s'est intensifiée dans une vaste zone autour de la zone focale du séisme majeur qui a dévasté de nombreuses parties de la péninsule de Noto, dans le centre du Japon, le 1er janvier.

Il prévient que des tremblements de terre et des tsunamis pourraient frapper non seulement des endroits proches de la zone focale, mais aussi une vaste zone au-delà de celle-ci.

Toda Shinji, professeur à l'université du Tohoku, a comparé le nombre quotidien de tremblements de terre observés sur et autour de la péninsule pendant environ deux ans avant le séisme du 1er janvier et le chiffre correspondant enregistré pendant 28 jours après celui-ci. Les tremblements de terre analysés comprenaient des secousses imperceptibles pour les humains.

On estime que la zone focale du puissant séisme s'est étendue sur une vaste zone allant de l'ouest au nord-est de la péninsule.

Selon M. Toda, la fréquence des tremblements de terre a été multipliée par plus de 100 sur la péninsule et dans les eaux situées à l'ouest de la zone focale.

Il ajoute que la fréquence a augmenté plusieurs fois dans certaines parties de l'île de Sado et dans les eaux proches de celle-ci. L'île est située à l'est de la zone focale.

M. Toda indique que la fréquence a été multipliée des dizaines de fois dans la baie de Toyama, située au sud de la zone focale.

Le professeur indique que la fréquence a également été multipliée par 10 environ dans les villes de Kanazawa et Toyama, qui se trouvent près de la base de la péninsule.

Selon lui, les grands tremblements de terre sont plus susceptibles de se produire lorsque les petites secousses sont fréquentes. Il invite les gens à se préparer suffisamment, car les séismes puissants qui se concentrent sous l'eau peuvent provoquer un tsunami.