AIEA : les rejets d'eau traitée de Fukushima Dai-ichi répondent aux normes de sécurité internationales

Le gendarme onusien du nucléaire a réaffirmé que le rejet dans l'océan par le Japon de l'eau traitée et diluée de la centrale nucléaire paralysée de Fukushima Dai-ichi était conforme aux normes de sécurité internationales.

Le groupe de travail de l’AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique, chargé d'examiner les rejets, a publié mardi son premier rapport complet depuis le premier déversement en août dernier.

L'agence avait déclaré dans son précédent rapport de juillet qu'elle estimait que le plan du Japon concernant la gestion de l'eau traitée était conforme aux normes de sécurité internationales. Elle avait précisé que les rejets tel que prévus auraient un impact radiologique négligeable sur les personnes et l'environnement.

Dans son dernier rapport, l'AIEA a réaffirmé ces conclusions, basées sur la première mission d'examen du groupe de travail après le début des rejets.

La mission envoyée au Japon en octobre comprenait des experts de 11 pays, dont la Grande-Bretagne, la Corée du Sud et la Chine. Cette dernière s’oppose aux rejets.

L'agence affirme qu'elle continuera à mener des missions d'examen de routine. La prochaine devrait avoir lieu au printemps 2024.

Le gouvernement japonais envisage d'expliquer le dernier rapport de l'AIEA aux pays voisins, comme la Chine, afin de mieux leur faire comprendre la sécurité du plan de rejet.