L’UNRWA menacée par les accusations de responsables israéliens

Les forces israéliennes affirment avoir tué lundi des hommes armés du Hamas qui tentaient de tendre une embuscade à leurs troupes, près d'un hôpital dans le sud de la bande de Gaza. Selon les travailleurs humanitaires du Croissant-Rouge palestinien, les Israéliens « ciblaient toute personne » se déplaçant dans la zone.

Les travailleurs humanitaires ont déclaré que l'hôpital Al-Amal dans la ville de Khan Younis est assiégé depuis huit jours et que les bombardements empêchent leurs équipes d'atteindre les personnes dans le besoin. Ils ont ajouté que le manque d'oxygène les oblige à cesser de pratiquer des opérations chirurgicales.

Les travailleurs humanitaires palestiniens de l'Office de secours et de travaux des Nations unies ont été accusés par les responsables israéliens d'avoir été impliqués dans les attaques du Hamas en octobre.

Ces accusations ont incité plus d'une douzaine de pays, dont les États-Unis, l'Allemagne et le Japon, à suspendre le financement de l'agence.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, rencontrera mardi les délégués des principaux pays donateurs. Son porte-parole, Stephane Dujarric, a déclaré que l'ONU disposait de « dizaines de milliers de personnes dévouées qui travaillent dans toute la région ». Il a ajouté que M. Guterres espère que les donateurs « garantiront au moins la continuité des activités de l'UNRWA ».

Les responsables de l'agence préviennent que leurs fonds pourraient s'épuiser d'ici la fin du mois de février.