Le premier ministre japonais présente ses excuses à la Diète pour le scandale financier impliquant son parti

Le premier ministre japonais Kishida Fumio a une nouvelle fois présenté ses excuses à la Diète pour le scandale financier impliquant des factions du principal parti au pouvoir, le Parti libéral-démocrate (PLD).

M. Kishida s'est exprimé lundi lors d'une session de la Commission du budget de la Chambre basse consacrée à la politique et aux finances.

Il a déclaré que ce dossier compromettait gravement la confiance du public dans la politique. Il s'est engagé à poursuivre ses efforts pour la réformer et restaurer la confiance.

Au cours de la session, les partis d'opposition ont demandé une enquête rapide pour découvrir l'étendue des flux de fonds non déclarés impliquant les factions du PLD et les parlementaires en ce qui concerne les revenus provenant des collectes de fonds des partis.

M. Kishida a répondu que le parti commencerait à entendre les personnes impliquées et qu'une série de réformes serait discutée avec les autres formations.

Shina Takeshi, membre du plus grand parti d'opposition, le Parti démocrate constitutionnel, a demandé à M. Kishida de déterminer rapidement les causes du problème.

M. Shina a déclaré craindre que des fonds non déclarés ne soient utilisés à des fins autres que l'utilisation correcte des fonds politiques, et qu'une vision complète de la situation devait être présentée. Il a demandé à M. Kishida de lui donner une date butoir pour son intervention.

Le premier ministre a déclaré qu'il avait déjà demandé aux cadres du parti de mettre en place un dispositif permettant de recueillir les témoignages des personnes impliquées. Il a ajouté qu'il entamerait bientôt ces démarches.

M. Kishida a également indiqué qu'il envisagerait d'inviter des experts tiers à participer à l'enquête.

Certains parlementaires du PLD ont déclaré avoir apporté des corrections à leurs rapports sur les fonds politiques dans le cadre de ce scandale.

M. Kishida a affirmé qu'à sa connaissance, plus de 30 membres de la plus grande faction du parti, anciennement dirigée par le premier ministre Abe Shinzo, aujourd‘hui décédé, et sept membres de la faction dirigée par l'ancien secrétaire général du PLD, Nikai Toshihiro, ont révisé leurs rapports sur les fonds.