Les dirigeants du G7 concluent leur sommet et s'engagent à soutenir l'Ukraine

Le G7 a conclu son sommet de deux jours dans la région des Pouilles, dans le sud de l'Italie. Les dirigeants se sont engagés à soutenir l'Ukraine dans sa guerre contre la Russie, tout en essayant d'empêcher la Chine d'aider Moscou.

La dernière journée de sessions, vendredi, a été consacrée à des discussions sur la sécurité économique et les questions relatives à la région indopacifique.

Les dirigeants du G7 s'inquiètent depuis longtemps de la surproduction chinoise de véhicules électriques et de panneaux solaires. Dans le communiqué, ils ont également appelé le pays à s'abstenir d'adopter des mesures de contrôle des exportations de minerais essentiels.

Les questions relatives à Pékin ont également été abordées lorsque le premier ministre japonais Kishida Fumio a dirigé la session sur l'Indopacifique. Les dirigeants ont exprimé leurs "vives inquiétudes" quant aux avancées maritimes de Pékin dans les mers de Chine méridionale et orientale. Ils s'opposent fermement à ses tentatives de modifier unilatéralement le statu quo par la force ou la coercition.

Le premier jour du sommet, les dirigeants ont promis à l'Ukraine des prêts d'environ 50 milliards de dollars, garantis par les intérêts des avoirs russes gelés.

Ils affirment qu'ils continueront à prendre des mesures contre ce qu'ils appellent les acteurs chinois et les tiers qui soutiennent matériellement la machine de guerre russe. Ils ont ajouté qu'ils étaient prêts à "imposer des mesures restrictives" à leur encontre.